Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASA PNE

ASA PNE

Association pour le Suivi de l’Aménagement Paris Nord – Est


Concertation Paris Nord-Est : la réunion du 4 juin

Publié par ASA PNE sur 6 Juin 2015, 15:30pm

Catégories : #Paris Nord Est

Après la réunion de présentation du périmètre élargi de Paris Nord-Est du 2 février en Mairie du 18e (voir article ci-dessous), le 1er Comité d'Organisation de la Concertation (COC) s'est réuni le 4 juin à l'invitation de Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris en charge, entre-autres, de l'urbanisme et de l'architecture.

L'objet principal de la réunion concernait les modalités d'organisation de la concertation dans le périmètre de PNEE (Paris Nord-Est élargi). Ainsi, le projet de charte pour lequel ASA a beaucoup oeuvré depuis plus de trois ans a été présenté (à lire en pièce jointe) et peut faire l'objet d'amendements avant validation définitive. Le site dédié est opérationnel depuis quelques jours à travers la plateforme "Dialoguons", à l'adresse https://paris-nord-est.imaginons.paris

Enfin, les nouveaux secteurs dits ''mutables'' dans la dernière configuration de PNE ont été présentés dans leurs grandes lignes. Nous y reviendrons plus en détail dans une prochaine rubrique.

A suivre le projet de charte de la concertation, le visuel présenté lors de la réunion ainsi que le compte-rendu.

Projet de charte de la concertation sur PNE(E) - juin 2015

Support présenté au Comité d'Organisation de la Concertation du 4 juin 2015 - Mairie de Paris

Compte-rendu de la réunion du COC du 4 juin 2015 - Mairie de Paris

Quand Paris Nord-Est devient Paris Nord Europe :             

 février 2015

 

Voici notre compte-rendu ''factuel'' de la réunion du 2 février avec en fin de rubrique notre commentaire, la présentation détaillée de l'architecte/urbaniste et le compte rendu de la Ville. Bonne lecture !

Le 2 février en mairie du 18e, François Leclercq, architecte/urbaniste, missionné par la Ville de Paris, a présenté aux habitants du nord-est parisien les premiers résultats de l'étude urbaine engagée depuis octobre 2013. L'étude porte sur un territoire plus vaste de 600 ha (au lieu de 200 ha aujourd'hui), ce qui en fera à terme la plus grande emprise urbaine de la métropole (17% du territoire parisien avec plus de 300 000 habitants).

C'est ce qu'on appelle communément le "Paris Nord Est élargi" dont nous rendons compte régulièrement depuis 2012 et qui, de part sa dimension et ses ambitions européennes, prendra vraisemblablement l'appellation de "Paris Nord Europe". 

Photos/Images : Mairie de Paris, François Leclercq architecte, Base paysagiste.Photos/Images : Mairie de Paris, François Leclercq architecte, Base paysagiste.

Photos/Images : Mairie de Paris, François Leclercq architecte, Base paysagiste.

L'enjeu majeur de ce grand projet, dont le centre emblématique reste le territoire de Paris Nord Est, est de créer de nouvelles centralités à partir de quartiers existants et d'anciennes friches industrielles ou ferroviaires à aménager. L'objectif étant de relier les quartiers entre eux par de nouvelles liaisons transversales et d'atténuer les coupures urbaines.

Pour développer les connexions et assurer la dimension métropolitaine et européenne du projet situé entre deux faisceaux ferroviaires, le secteur des gares du Nord et de l'Est ainsi que les futures gares Rosa Parks (ouverture fin 2015) et de Carrefour Pleyel en Seine Saint Denis sont intégrés dans le périmètre afin de prendre en compte le plus en amont les problématiques liées aux réseaux de transports. 

 

Photos/images : Mairie de Paris, François Leclercq architecte.

Photos/images : Mairie de Paris, François Leclercq architecte.

Ainsi pour répondre à l'enjeu, François Leclercq et son équipe pluridisciplinaire a présenté la première mouture de son plan guide stratégique qui consiste à définir ce qu'il appelle ''les grandes intentions urbaines'' par rapport aux contraintes physiques du territoire.

Si un tel projet se conçoit sur une longue période (au moins 30 ans !), des actions à court et moyen terme doivent être lancées rapidement. Ainsi, il a été identifié cinq zones géographiques dites ''mutables'' qui ont été imaginées en cohérence les unes avec les autres.

  1. Arc nord : il se situe entre le secteur Clignancourt (Caserne Gley - Paris 18e) et celui de la Chapelle avec les projets de réhabilitation des portes, de Chapelle International, de gare des Mines et de Chapelle Charbon dont il est envisagé la création d'un "poumon vert".
  2. Ordener/Riquet : un axe est/ouest situé en coeur de quartier et structuré par un nouveau secteur d'aménagement appelé "Chapelle/Ordener" (ex dépôt de la Chapelle).   
  3. Saint-Denis/Pleyel : situé Carrefour Pleyel, un projet de gare verra le jour dans le cadre du Grand Paris Express et sera un aménagement stratégique du territoire en matière de réseaux de transports.
  4. Faisceau est : on entend par là un secteur qui chemine le long du faisceau de la gare de l'Est et qui constitue un axe "Culture/Loisirs" avec Pajol, le 104, la Cité des Sciences, la philharmonie...
  5. Hub des deux gares : les gares du Nord et de l'Est sont intégrées dans le périmètre afin de réorienter leurs fonctions et de les rendre plus efficientes et plus complémentaires, d'où la notion d'un bi-pôle ferroviaire.

Ces orientations urbaines et paysagères reposent sur des principes qui ont été énoncés par Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris chargé de l'urbanisme et des grands projets.

  • Désenclaver : aujourd'hui, ce secteur se caractérise par une succession d'enclaves morcelé par les réseaux, ce qui nuit à son développement. Demain, il s'agit de "faire métropole" en réduisant l'enclavement du territoire par la création de liaisons transversales.
  • Rendre le territoire plus agréable et plus humain : cela passe par les grandes actions de renouvellement urbain enclenchées depuis plusieurs années avec des projets déjà livrés comme Claude Bernard ou demain Macdonald. L'idée est de poursuivre le mouvement avec de nouveaux quartiers connectés et qui réunissent toutes les fonctions qui font la ''ville'' (logements, activités, équipements, espaces verts...).
  • Assurer la vitalité économique du territoire : c'est l'un des enjeux majeurs qui consiste à développer des secteurs d'activités, créateurs d'emplois et de richesses. Ainsi, l'idée de proposer un "arc de l'innovation" de 100 000 m2 en lien avec le futur Campus Condorcet est une première réponse au défi de l'attractivité économique.

Puis, l'opération du Grand Projet de Renouvellement Urbain sur un territoire plus vaste est l'occasion d'avoir une démarche exemplaire sur le plan environnemental en mobilisant, par exemple, les ressources géothermiques et en ayant un plan ambitieux en matière de végétalisation des toits et façades.  

Enfin, il est évoqué le renforcement des dispositifs de concertation et d'information. Ceci sera plus largement développé lors du prochain Comité de Concertation avec l'adoption d'une charte à laquelle ASA a beaucoup oeuvré et la présentation d'une plateforme internet interactive.  

 

Le commentaire d'ASA PNE :

La réunion aurait pu être intéressante car le sujet le méritait ainsi que le contenu qui était riche, fruit d'un travail de réflexions et d'études considérable...Malheureusement, l'architecte François Leclercq a fait une présentation au pas de course, contraint qu'il était de passer la parole ensuite aux différents élus présents à la tribune. Le débat qui suivait a permis néanmoins au public de s'exprimer même si toutes les données de la présentation n'ont pu être perçues dans toute leur dimension et à leur juste valeur !

Or ce devait être avant tout une réunion de présentation des premières études sur le territoire élargi de PNE. La réunion a eu au moins le mérite de mettre en perspective la question des mutations urbaines et paysagères que cet immense territoire, fracturé par les emprises ferroviaires, va subir dans les prochaines décennies !

Il faudra attendre la réunion du Comité d'Organisation de la Concertation (en mars ?) pour rentrer dans le détail et dans le dur. Car ce qui apparaît en première analyse, c'est la volonté de densifier encore plus un territoire qui l'est déjà beaucoup. Nous en voulons pour preuve, par exemple, ce que nous avons retenu de la présentation fugitive du nouveau secteur d'aménagement que sera ''Chapelle-Ordener'' avec des jardins suspendus certes, mais aussi de nombreux logements dans une zone qui en est déjà bien pourvue avec peu d'espaces publics ! Il y aura bien un ''poumon vert'' à Chapelle Charbon nous-a-t-on annoncé mais dans une dimension qui reste modeste au regard de l'importance de l'emprise.

Et puis, quid du CDG Express dans tout celà ?

Si ASA n'avait pas posé la question, le sujet aurait été complétement éludé ! Or chacun sait que le CDG Express dans son tracé entre Rosa Parks et la porte de la Chapelle risque de porter un coup fatal aux aménagements existants (CAP 18 gros pourvoyeur d'emplois) ou à venir (Chapelle Charbon, porte de la Chapelle). Ce qui est préoccupant, c'est que la Mairie de Paris qui s'est mobilisée depuis toujours sur la question de l'enfouissement de la ligne à la porte de la Chapelle semble baisser les bras et se ranger à la position du gouvernement moyennant quelques aménagements à la marge... et même si Monsieur Vaillant, député de la circonscription, ancien maire du 18e, est monté au créneau le lendemain de la réunion en posant une question orale au Secrétaire d'Etat Vidalies, les choses semblent pliées de ce côté-là !

Ceci est inacceptable et nous ne laisserons pas faire... 

Pour le reste, Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris chargé de l'urbanisme et des grands projets, a admis que la question de la requalification des portes, en particulier celle de la Chapelle, était pertinente et qu'elle devait être prise en compte dans le projet tout en restant très prudent sur la perspective de restructuration de l'échangeur du périphérique qui elle aussi doit être envisagée si l'on veut répondre à l'objectif de ''faire métropole'' en assurant la continuité urbaine entre Paris et la petite couronne. 

Toutes ces questions animeront les prochains débats où la concertation devra pleinement jouer son rôle.  

 

Ci-dessous le lien pour accèder à la présentation détaillée de François Leclercq et le compte-rendu de réunion de la Mairie de Paris.

 

Concertation Paris Nord-Est : la réunion du 4 juin Concertation Paris Nord-Est : la réunion du 4 juin

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents