Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASA PNE

ASA PNE

Association pour le Suivi de l’Aménagement Paris Nord – Est


La réunion du CICA sur les aménagements urbains dans le 18e

Publié par ASA PNE sur 8 Décembre 2011, 17:25pm

Catégories : #Paris Nord Est

 

Cica 712

Voici un petit aperçu de la réunion du CICA qui s'est tenue en Mairie d'arrondissement le 7 décembre.

 

Avec la participation :

- de l'adjoint au Maire du 18e chargé de l'urbanisme et du logement (Michel Neyreneuf),

- d'une représentante de l'aménageur SEMAVIP,

- de l'architecte missionné sur l'opération du 110/122 rue des Poissonniers,

- d'une représentante de la Direction du Logement et de l'Habitat de la Ville de Paris,

- ...et de l'ASA PNE 18 (Olivier Ansart). 

   

 

   

Ont été successivement abordés :

.La présentation des opérations urbaines en cours avec une cartographie de l'état d'avancement et le calendrier.

.L'opération d'éradication de l'habitat insalubre par la SEMAVIP à Château-Rouge.

.La présentation d'un projet architectural dans le cadre de la rénovation urbaine du secteur des Poissonniers.

.Les enjeux de la politique de relogement de la Ville de Paris.

.Le témoignage de l'ASA PNE 18 sur le rôle des associations dans le processus de concertation des aménagements urbains.

 

Les opérations urbaines en cours concernent les quartiers de Clignancourt et de la porte Montmartre avec en particulier, les aménagements des secteurs de l'ilôt Binet et des Poissonniers.

Plus à l'est, il y a le grand projet Paris Nord Est qui va de la porte de la Chapelle à la porte d'Aubervilliers avec quatre secteurs d'aménagement (Chapelle International, Gare des Mines/Fillettes, Gare Dubois/Condorcet et Chapelle Charbon).

Enfin au centre de l'arrondissement, nous avons les aménagements de la ZAC Pajol (quartier Chapelle), de l'Institut des Cultures d'Islam (Goutte d'Or) et les Conventions Publiques d'Aménagement (CPA) de la SEMAVIP pour Château-Rouge et de la SIEMP pour les secteurs de l'impasse Dupuy, de l'Ilôt Caillié, du quartier Nord Emile-Chaîne...

Nous nous attacherons à relater plus particulièrement les informations des secteurs d'aménagements autres que Paris Nord Est et ZAC Pajol qui sont par ailleurs très largement développés à travers les différentes rubriques du blog.  

Les aménagements concernant la porte Montmartre visent à améliorer la qualité de vie des habitants, à renforcer l'urbanité des portes, à accroître l'offre d'équipements publics et à développer les liens entre Paris et St Ouen.

PteMontmartre1Il est prévu sur ce secteur de la porte Montmartre :

- une opération de démolition d'une tour (bordure périphérique) et de reconstruction d'un immeuble de 150 logements en deux tranches (84 + 70),

- le réaménagement du centre social Binet,

- la création d'une crèche,

- la réalisation de deux immeubles d'activités,

- et la réhabilitation d'écoles.

 

 

Sur la porte de Clignancourt, il y a aussi une opération de démolition d'un immeuble le long du périphérique avec la réalisation d'un nouvel immeuble de 110 logements. Les autres aménagements touchent les activités scolaires et universitaires avec notamment la création d'un internat, d'une cantine et d'un nouveau restaurant CROUS pour étudiants.    

La porte de St Ouen n'est pas oubliée avec la rénovation d'un grand immeuble de Paris-Habitat pour répondre aux nouvelles normes urbaines. 

La grande opération urbaine entre porte de Clignancourt et porte de la Chapelle concerne le secteur des Poissonniers au niveau du 110/122 de la rue du même nom. A cet endroit, va s'ériger un nouveau coeur de quartier avec différents programmes orientés vers le logement (100 lots) l'activité économique (pépinière d'entreprise), le secteur médico-social (pôle santé) et les équipements & espaces publics (jardin, gymnase, centre d'animation).

Poissonniers1  Poissonniers2

Image du Pôle Santé (Soors et Stromboni architectes)           Image de la pépinière d'entreprises (AMA architectes)

L'équipe d'architectes missionnée sur une partie de l'aménagement du 110/122 rue des Poissonniers (l'agence NUNC architectes) présente son projet qui consite à réaliser des logements, une crèche et des commerces sur une surface totale de 10500m².

Pour compléter l'information sur les aménagements urbains :  

http://www.mairie18.paris.fr/mairie18/document?id=17125&id_attribute=127

 

L'intervention de la SEMAVIP (aménageur de la Ville de Paris) se concentre sur le programme de rénovation urbaine du secteur Château Rouge.

Le projet est la lutte contre l'insalubrité qui a beaucoup touché ce quartier. Il s'agit de lancer des opérations de préemption, d'aides aux copropriétés en danger et de réhabilitation commerciale avec le concours de la SEMAEST, une autre SEM spécialisée dans le redynamisation du commerce de proximité.

L'opération porte sur 360 logements et 34 locaux d'activités. La question des friches est traitée par le biais d'activités ephémères comme les jardins partagés.

ChateauRouge1 chateau-rouge2

Un exemple de réhabilitation/construction, les phases du chantier et la vie de quartier        Photos SEMAVIP 

 

Face à toutes ces opérations de réhabilitation urbaine, la question du relogement est cruciale.

Elle est délicate car le temps des aménageurs avec les délais de réalisation sont souvent incompatibles avec les besoins de logement et de relogement des personnes.

La tâche de la direction du Logement et de l'Habitat de la Ville de Paris est de bien identifier les besoins et de les confronter aux ressources. Elle procède à des enquêtes de peuplement, détermine le droit au logement des personnes, gère la pénurie et veille au respect des critères de localisation et d'éligibilité.

Par rapport aux propositions, il y a en moyenne sur l'arrondissement 40% de taux de refus sachant que les personnes éligibles au logement social ne peuvent refuser au-delà de trois propositions. 

En 2011, le 18e occupe le 1er rang parisien en terme de relogement des personnes qui viennent de l'insalubrité. 

 

Dans ce contexte d'aménagement urbain, les habitants et ceux qui les représentent doivent être associés aux processus de concertation qui accompagnent les projets.

L'ASA PNE 18 qui a une expérience en la matière a été invitée à présenter son travail d' ''acteur'' de la concertation.

Après une présentation de l'association, de son origine, de sa démarche et avec quelques exemples d'actions concrètes sur le terrain, l'ASA PNE 18 a élargi son propos sur ce que doivent être de bonnes règles de concertation. En voici le contenu :  

 

La concertation est un droit pour tous qui s’impose pour tout aménagement urbain.
 
C’est un processus collectif visant à enrichir les projets et à faire émerger des propositions.
C’est un élément essentiel de la démocratie participative qui s’appuie sur des textes et instances réglementaires (charte de la concertation de 1996, charte parisienne de la participation, commission du Débat Public…).
La participation des habitants à l’aménagement de leur cadre de vie est encore trop peu exploitée.
Elle constitue pourtant un enjeu important de développement durable

 

 

La concertation doit s’exercer selon des règles précises :
 
      elle doit commencer à l’amont des projets,
     elle doit être aussi large que possible, favoriser la participation et s’exercer de façon transparente.
     elle doit être programmée à chaque phase du projet de manière à ce que les résultats soient pris en compte tout au long du processus décisionnel.
     elle doit être dotée de moyens et financée par le maitre d’ouvrage, faire l’objet de suivis et d’évaluations indépendantes et permanentes   (élaboration de ’’contrat d’objectifs’’ et d’études alternatives, désignation d’un garant, constitution d’un bureau des associations, lieu d’accueil et de débats, site internet dédié…).
 
Pour une opération d’aménagement urbain, il y a plusieurs acteurs qui interviennent :
   
 1) Les institutionnels :
      la Ville, l’Aménageur… : c’est la maitrise d’ouvrage
     l’Architecte, le Paysagiste… : c’est la maitrise d’œuvre
    
2) Les Habitants, les Associations qui participent à la concertation et qui sont au cœur du processus d’élaboration du projet, pour eux, il n’y a pas de statut bien identifié… pourtant leur rôle d’usager potentiel est bien réel. Il faudrait que les textes et les mentalités évoluent pour que leur soit reconnu le statut de : maitrise d’usage.
Ce serait une belle avancée en matière de démocratie participative. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents