Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASA PNE

ASA PNE

Association pour le Suivi de l’Aménagement Paris Nord – Est


CDG Express : lettre à Nicolas Hulot

Publié par ASA PNE sur 16 Juillet 2017, 17:47pm

Catégories : #CDG Express

Pour faire suite à notre article du mois dernier intitulé "Où en est-on du projet CDG Express ?", voici un nouvel épisode dans l'action menée sur ce dossier avec la création début juillet d'une "Coordination contre le projet de ligne ferroviaire Charles de Gaulle Express". La Coordination réunit plusieurs associations dont ASA PNE, des élus locaux et des habitants du nord-est parisien et d'Ile-de-France opposés au projet. Le premier acte de la Coordination a été d'adresser le 7 juillet une lettre à Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire. S'appuyant sur les propos du Président de la République indiquant que la priorité doit être engagée en direction des "transports du quotidien sans relancer de grands projets nouveaux mais financer le renouvellement des infrastructures", la Coordination demande au Ministre d'intervenir en faveur de l'annulation du projet (lettre à télécharger ci-dessous avec la liste des premiers signataires).

Dans une interview à Ouest-France de ce jour, Nicolas Hulot, sans citer le cas du CDG revient sur les déclarations du Président en précisant que ce dernier "a demandé de suspendre tous les grands chantiers pour les évaluer dans le détail. Clairement, il faut mobiliser nos ressources sur les priorités et notamment la mobilité des Français au quotidien". Dont acte ! 

Des actions sont envisagées par la Coordination à la rentrée dont une grande réunion publique avec la volonté de fédérer davantage tous les opposants franciliens à ce projet coûteux et inutile.

A suivre, le lettre à Nicolas Hulot et l'article de MobiliCités, le portail des transports publics et de la mobilité qui, à l'instar de plusieurs autres médias, a communiqué sur le courrier au Ministre.  

CDG Express : lettre à Nicolas Hulot du 7 juillet 2017 - Coordination contre le projet CDG Express

Où en est-on du projet CDG Express ?    16.06.2017

Alors que l'arrêté de déclaration d'utilité publique modificative du CDG Express a été signé le 31 mars dernier, les opposants au projet s'activent de nouveau depuis quelques semaines ! Ainsi dans un communiqué, le Syndicat des Compagnies Aériennes Autonomes (SCARA) a dénoncé une desserte "onéreuse et non viable, pénalisante pour les compagnies aériennes". Des élus (sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen) ont déposé une proposition de loi visant à abroger le texte autorisant la ligne CDG (le texte intégral est à télécharger ci-après). Côté associatif, "Non au CDG Express" vient de déposer une requête en Conseil d'Etat contre le projet (à lire dans la prochaine section leur communiqué de presse du 6 juin). Enfin, deux associations (Association contre le CDG Express et Pouvoir citoyen) et un élu au Conseil Régional d'Ile-de-France, Pierre Serne ont également déposé un recours en justice (Conseil d'Etat) "pour obtenir l'annulation de la déclaration d'utilité publique ainsi que la réalisation d'une nouvelle étude d'impact présentant l'ensemble des alternatives possibles à ce projet". ASA PNE soutient ces initiatives qui confortent la position défendue par l'association lors de l'enquête publique de juin/juillet 2016.

D'autres actions devront être envisagées dans les prochains mois car, pour le moment, le projet avance selon le calendrier prévu. Deux groupements d'entreprises ont répondu à l'appel à candidatures lancé par l'Etat pour l'exploitation de la ligne. Il s'agit du groupe Transdev, associé à deux fonds d'investissement et d'un conglomérat formé par la RATP et Keolis, filiale de la SNCF. Le ministère des Transports est en train d'élaborer un cahier des charges qui sera remis aux candidats ces prochaines semaines avant une désignation du lauréat courant 2018. La décision des JO 2024 attendue le 13 septembre sera déterminante pour l'avenir du projet.

Enfin, ASA PNE s'associe à l'initiative du collectif STOP CDG Express qui organise une réunion publique le dimanche 2 juillet à 17h au Bar l'Olive (8, rue l'Olive - Paris 18e). Cette rencontre sera l'occasion de faire le point sur l'état du projet CDG et de parler de la mobilisation en cours (plus d'informations sur l'événement ICI).

A suivre le communiqué de presse de "Non au CDG Express", le recours en justice des associations contre le projet CDG et Pouvoir citoyen, la proposition de loi des élus CRC et la contribution de Jacques Gauthier pour une autre alternative au projet.

Communiqué de presse – 6 juin 2017

Requête au Conseil d’État et audience au Conseil régional IDF :

Non le CDG Express n’est pas d’utilité publique !

L’association « Non au CDG Express », présidée par Didier Le Reste, a déposé avec la Ville de Mitry-Mory, le 31 mai 2017 une requête en Conseil d’État contre le projet de ligne ferroviaire directe entre la gare de l’Est et l’aéroport Roissy CDG. Dans ce train, non accessible avec le PASS Navigo, le ticket sera de 24€ minimum pour un seul trajet, c’est dire qu’il vise une population relativement aisée.

Cette requête a été présentée aujourd’hui par une délégation de l’association au Conseil Régional lors d’une audience auprès de Monsieur Stéphane Beaudet, Vice-Président chargé des transports.

L’association « Non au CDG Express » qui regroupe des syndicalistes, des élus, des associations d’usagers et des citoyens, après avoir organisé plusieurs mobilisations en direction des usagers, multiplié les rencontres avec les autorités publiques et distribué plusieurs milliers de tracts dans les gares concernées, a fait le choix d’ester en justice.

Pour l’association « Non au CDG Express » ce train est inutile et néfaste. Car pour un trafic escompté à 20 000 passagers par jour (horizon 2025), ce sont les conditions de transports de 2 millions d’usagers franciliens qui seront dégradées. Les près de 2 milliards d’euros d’argent public envisagés pour ce projet seraient mieux utilisés dans l’amélioration des transports du quotidien !!

Tour à tour, à partir de leurs spécificités, les représentants de l’association ont exposé au Vice-Président chargé des transports, les raisons d’une opposition grandissante et démontré que ce projet n’est pas d’intérêt général. À partir de là, ils ont développé leurs propositions alternatives qui ont déjà recueilli des dizaines de milliers de signatures de soutien de citoyens/usagers.

Pour Didier Le Reste, « l’argument avancé depuis quelques temps des jeux olympiques de 2024 est démagogique car le CDG express ne fera aucun arrêt en Seine-Saint-Denis où seront situés principalement les infrastructures olympiques. Ce sont les RER B et D qui desserviront les futurs sites olympiques. Et ce sont justement ces lignes qui seront les premières à pâtir du CDG Express qui viendra mordre sur les voies de reports de ces RER ainsi que sur les lignes K, P et E . »

Après avoir rappelé l’action de la Région depuis plus d’un an en matière de transports et souligné les impacts des chantiers du Grand Paris Express sur la régularité des lignes de RER existantes, Monsieur Beaudet s’est dit intéressé par la contribution de l’association à laquelle il a demandé des compléments d’information.

Sénat : proposition de loi n° 552 visant à abroger le texte autorisant la ligne CDG Express - Doc.PDF

"CDG Express - étoile du nord parisien" : contribution de Jacques Gauthier - Avril 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents