Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ASA PNE

ASA PNE

Association pour le Suivi de l’Aménagement Paris Nord – Est


Un nouveau bilan pour le centre humanitaire de la porte de La Chapelle

Publié par ASA PNE sur 11 Février 2017, 13:40pm

Catégories : #Migrants

A lire ci-dessous l'article du Parisien de ce jour qui, après trois mois d'activités, dresse un nouveau bilan d'accueil des migrants dans le centre de la porte de La Chapelle.

Un bilan jugé positif par Emmaüs Solidarité, l'association humanitaire, gestionnaire du site qui indique avoir hébergé plus de 5 000 personnes depuis l'ouverture le 10 novembre 2016.

Mais comme nous l'observons, la situation est loin d'être satisfaisante aux abords du site avec la présence quotidienne de plusieurs dizaines de migrants qui stationnent devant l'entrée du centre dans des conditions d'installation et d'hygiène qui ne sont pas acceptables pour eux-mêmes et pour les riverains. Il semblerait qu'un campement sauvage installé sous le pont-rail du boulevard Ney ait été évacué hier matin. 

Centre d'accueil pour migrants : premier bilan  (9 janvier 2017)

Le premier comité de suivi du centre d'accueil pour migrants s'est réuni le 5 janvier en Mairie du 18e. C'est le résultat d'un engagement de la Mairie de Paris suite à notre demande de suivre et d'évaluer dans le temps l'impact de la structure sur son environnement urbain (voir notre rubrique : http://asa-pne.over-blog.com/2016/10/centre-humanitaire-de-migrants-le-comite-d-evaluation-sera-mis-en-place.html). Il a réuni quelques élus du 18e dont le Maire Eric Lejoindre, les gestionnaires du centre (Emmaüs, Utopia 56), les services de la Ville et des représentants associatifs & d'amicales de locataires. Le centre a ouvert ses portes le 10 novembre. Au terme des deux premiers mois d'existence, la responsable d'Emmaüs Solidarité en charge du centre a dressé un premier bilan.

Près de 8 000 personnes ont été reçues et orientées dont 3 200 hébergées. Dans ce centre, seuls les hommes célibataires sont pris en charge pour l'hébergement (capacité de 400 à 600 lits). Les personnes qui passent par le centre sont pour la plupart d'origine afghane et soudanaise. Les familles, les femmes ou les mineurs isolés sont orientés vers d'autres structures. Le flux quotidien des personnes accueillies varie entre 50 et 70. Leur durée de séjour dans le centre est compris entre 5 à 10 jours. Autour d'Emmaüs Solidarité, d'autres associations humanitaires comme Médecins du Monde, le Samu social, Utopia 56 interviennent dans la structure et mobilisent 114 salariés et 450 bénévoles. Ce sont des maraudes qui orientent les personnes migrantes vers le centre.

Un second centre situé à Ivry-sur-Seine doit ouvrir d'ici fin janvier pour accueillir familles, femmes seules et mineurs isolés. 

Des mesures à prendre rapidement en matière d'organisation des flux et de propreté

Les responsables du centre sont globalement satisfaits des premiers résultats du centre d'accueil. Son ouverture a permis de desserrer l'étau des campements sauvages et d'offrir aux personnes migrantes un "sas" vers les procédures d'asile avec des solutions pérennes en matière d'hébergement et de prise en charge. Toutefois, la régulation des flux à l'entrée du centre n'est pas satisfaisante et entraîne la présence permanente de 50 jusqu'à 200 personnes devant le site. Il faut donc revoir l'organisation de l'accueil de manière à empêcher les files d'attente à l'extérieur. Il y a aussi un constat de saleté autour du site, insuffisamment nettoyé. Des moyens supplémentaires doivent donc être déployés pour l'entretien des abords du site. Une réunion avec les services est prévue dans les prochains jours. Les participants au comité, côté riverains, ont fait remarquer également la formation de petits campements aux alentours du site (sur le terre-plein central face au centre et sous le pont-rail du bd Ney). Des mesures doivent être prises très rapidement pour remédier à cette situation, d'autant plus que des passeurs sont régulièrement repérés à proximité du site.  

Un prochain comité se réunira d'ici trois mois courant avril 2017.   

Situation très préoccupante à la placette ''Toit et Joie"

Sans être directement liée à l'implantation du centre de la porte de La Chapelle, la situation au sud du quartier près du métro aérien de la ligne 2 s'est très nettement dégradée ces dernières semaines. Sur une placette appelée "Toit et Joie", à l'angle des rues Pajol, Philippe de Girard et Jacques Kablé, des rassemblements quotidiens de migrants se sont fortement développés depuis quelques temps. Ici, il ne s'agit pas de campements mais d'individus dont beaucoup de mineurs qui se retrouvent en nombre dans la journée au même endroit attirés par des filières de passeurs. Une situation critique qui a de lourdes conséquences sur l'espace public et la vie quotidienne des riverains. Les participants au comité ont demandé aux autorités présentes à la réunion (Mairie centrale, Mairie du 18e, Préfecture de police...) de prendre toutes les mesures pour démanteler les filières présentes sur le terrain et trouver des solutions de mise à l'abri des personnes migrantes afin de garantir la sécurité et la tranquillité publique. 

Autour du centre d'accueil humanitaire de la porte de La Chapelle - Photos ASA PNE (30.12.2016)
Autour du centre d'accueil humanitaire de la porte de La Chapelle - Photos ASA PNE (30.12.2016)
Autour du centre d'accueil humanitaire de la porte de La Chapelle - Photos ASA PNE (30.12.2016)
Autour du centre d'accueil humanitaire de la porte de La Chapelle - Photos ASA PNE (30.12.2016)

Autour du centre d'accueil humanitaire de la porte de La Chapelle - Photos ASA PNE (30.12.2016)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents